CGT Alcatel Lucent France
Accueil du site
Dernière mise à jour :
vendredi 17 octobre 2014
Statistiques éditoriales :
428 Articles
132 Brèves
47 Sites Web
316 Auteurs

Statistiques des visites :
113 aujourd'hui
190 hier
355531 depuis le début
     
Agenda
<<  Octobre 2014  >>
LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement prévu ce mois-ci
Brèves
Tranche de vie à la Shift
vendredi 17 octobre

une expérience vécue par un collègue qui confirme les problèmes récurrents avec

  • les reclassements et les retours sur entretiens
  • la lisibilité des offres internes
  • la communication manager

 1- ça commence par une communication du manager qui dit en substance que : "le secteur n’est pas touché".
 2- puis un coup de téléphone au bureau mi juillet pour dire au salarié qu’il a droit au coercitif et à l’accompagnement qui va avec …
 3- Prestation de ALTEDIA = 0 : pas capable de donner seulement le montant des indemnités.
 4- Activité fébrile de reclassement de la part du salarié. Obtenir de la RH la fiche de poste correspondant à l’intitulé (concis) des opportunités internes fournies sous forme de fichier excel = mission impossible.
 D’où candidatures en aveugle suivies de ZERO retour, que ce soit de la RH ou de l’opérationnel.
 5- puis début octobre, on oublie tout : réintégration dans le service où il y a un poste libre. Tous ces atermoiements de mi juillet jusqu’à aujourd’hui ont laissé ZERO trace écrite.

Pour éviter cela, que faire ?

Lorsque le salarié n’obtient pas naturellement de compte-rendu écrit à une démarche vis-à-vis d’altedia ou d’un RH ou autre, il est important que le salarié envoie lui-même un mail de compte-rendu en mettant en destinataire altedia ou le RH concerné.

De 2 choses l’une, ou il n’y a pas de réponses et cela vaut accord de la personne qui ne répond pas ou il y a réponse et cela l’oblige à mettre noir sur blanc sa réponse. On peut la contester éventuellement si c’est nécessaire.

 
Appel Urgent – STOP aux violences contre les femmes au travail !
mercredi 15 octobre

Pour une Convention internationale contre la violence sexiste et sexuelle au travail

L’association Peuples Solidaires - ActionAid France et les syndicats CFDT et CGT appellent le gouvernement français et le MEDEF à s’engager en faveur de la mise à l’agenda par l’Organisation internationale du travail (OIT) d’une convention internationale sur les violences sexistes et sexuelles au travail.

Selon les pays, entre 30 et 50 % des femmes déclarent avoir subi des avances sexuelles, des contacts physiques non désirés ou d’autres formes de harcèlement au travail.

Malgré le caractère massif de la violence sexiste et sexuelle sur le lieu de travail, seuls quelques pays assurent aujourd’hui une protection et des politiques adéquates et il n’existe pas de convention internationale portant spécifiquement sur les violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail.

Une convention internationale de l’OIT permettrait de combler cette lacune. Elle guiderait les gouvernements pour élaborer des lois solides pour prévenir les violences sexistes au travail et y remédier ; et les entreprises pour mettre en place des politiques de ressources humaines appropriées.

Du 30 octobre au 13 novembre prochains, le Conseil d’administration de l’OIT déterminera les sujets à inscrire à l’ordre du jour de la Conférence internationale du travail de 2016. Les représentants des travailleurs ont proposé de mettre à l’ordre du jour les violences sexistes et sexuelles au travail. Cette proposition ne fait pas l’unanimité parmi les membres du Conseil d’administration, et les représentants français des employeurs et du gouvernement ne se sont pour l’instant pas exprimés favorablement.

C’est pourquoi Peuples Solidaires - ActionAid France, la CFDT et la CGT lancent aujourd’hui une pétition [1] appelant le gouvernement français et le MEDEF à s’exprimer lors du prochain CA de l’OIT en faveur d’une convention internationale sur la violence sexiste et sexuelle au travail.

Pour Charlotte Soulary, en charge des droits des femmes à Peuples Solidaires - ActionAid France, « Des ouvrières du textile au Bangladesh aux employées agricoles des plantations en Amérique latine, partout les femmes se battent contre la violence sexiste et sexuelle au travail. Une convention internationale sur ce sujet est le pas concret, nécessaire à des avancées réelles en matière d’égalité femmes-hommes dans la sphère professionnelle ».

Pour Sophie Binet, secrétaire confédérale de la CGT, « depuis les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes jusqu’au harcèlement sexuel sur le lieu de travail, les violences de genre font système et nécessitent l’adoption d’une nouvelle norme de l’OIT contre les violences sexistes, en appui notamment de l’accord européen sur le harcèlement et les violences au travail. La France a un rôle majeur à jouer sur ce sujet et sur la défense plus générale du système des normes internationales du travail. »

Selon Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale de la CFDT, « partout dans le monde, les violences sexistes touchent de manière disproportionnée les femmes, pour la CFDT conformément à l’esprit de la loi du 4 août 2014 sur l’égalité entre les femmes et les hommes, il est prioritaire que l’OIT inscrive à l’ordre du jour de la prochaine Conférence internationale une nouvelle convention pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des hommes dans le monde du travail. »

La pétition en ligne

 
Intox sur la représentativité syndicale à la "Conférence sociale"
jeudi 10 juillet

Une polémique s’est ouverte sur la représentativité des organisations syndicales présentes et absentes à la conférence sociale.

Il convient donc de se rapporter aux chiffres officiels pour en juger.

En poids relatif des organisations qui étaient invitées à la conférence sociale, les organisations qui ont refusé de participer représentent 53,63% et celles qui ont participé 46,36%.

Ces chiffres sont issus des données fournies par la Direction générale du Travail et des documents du Ministère de la fonction publique. Les chiffres de représentativité relative sur l’ensemble privé+ public sont les suivants :

  • CGT 26,32% + FO 16,67% + FSU 2,79% + Solidaire 2,24% soit un total de 48,02%
  • CFDT 23,65% + CFE-CGC 7,20% + CFTC 7,50% + Unsa 3,16% soit un total de 41,51%

Les 10,48% restant sont relatifs à la représentativité des syndicats dits « autres » c’est-à-dire : des syndicats d’entreprises, de métier, territoriaux (STC Corse, Outre mer…).

 
Conférences Sociales : La CGT en phase avec les salariés :
mardi 8 juillet

La CGT a décidé de ne pas participer à la seconde journée de la Conférence sociale 2014. Thierry Lepaon, nous en explique les raisons après la rencontre avec le Chef de l’Etat. A cette occasion, Thierry Lepaon a réaffirmé, notamment, l’opposition de la CGT au Pacte de responsabilité "qui va avoir un effet récessif sur notre économie" et il a réclamé "un changement de cap en matière économique et sociale".

Il a aussi dénoncé les faux semblants du dialogue social et notamment le fait qu’avant même l’ouverture de la conférence sociale, le gouvernement répond à deux vieilles revendications patronales.

Dans ces conditions, explique Thierry Lepaon, "il n’est pas question pour la CGT de cantonner le syndicalisme tout entier dans un rôle de figuration, particulièrement méprisant pour l’exercice de la démocratie sociale et qui divise les organisations syndicales".

Dès lors la CGT a décidé ce matin, qu’elle ne participerait pas aux séances de travail prévues demain.

Lire la suite :

 
Sur le Web
Le Droit Ouvrier

Le Droit Ouvrier est la plus ancienne revue française dans le champ du droit social c.a.d. le droit du travail et le droit de la Sécurité sociale ; créé en 1920, il a connu dans un passé lointain diverses suspensions (notamment pendant la seconde guerre mondiale) avant de renaître en avril 1948 ; sa publication depuis cette date, sous la mention « nouvelle série », est ininterrompue. Le Droit Ouvrier est édité par la Confédération générale du Travail.

Le site WEB propose de larges aperçus de numéros du Droit Ouvrier (pour d’évidentes raisons de pérennité de la revue, en principe seuls des articles antérieurs de plus de 2 années à l’exercice en cours sont proposés).

Cadres et forfaits jours : faisons les comptes ! Site dédié au temps de travail des cadres au forfait jour

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le forfait-jour et sur la mesure du temps de travail sans jamais oser le demander !!!

Un site créé et animé par l’UGICT CGT

Vous êtes au forfait jour,

Vous vous demandez comment ne pas perdre votre vie à la gagner,

Ce site est fait pour vous !!!

Vous protéger, vous comprendre, vous écouter ! : CGT NXO France
La CGT de Nextiraone : anciennement Alcatel Réseaux d’Entreprise
Mensonge : On nous dit, c’est une réforme progressive.
jeudi 2 septembre
alors que tous les salariés devant partir après le 1er juillet prochain sont concernés et devraient travailler plus longtemps pour moins de retraite.
 

Toutes les brèves du site